L’âme perdue (Le Livre des Âmes, #3) de Sylvie Ginestet

  • Titre : L’âme perdue (Le Livre des Âmes, #3)
  • Autrice : Sylvie Ginestet
  • Éditeur : Livr’S Editions
  • Catégorie : fantastique

Avec l’approche d’Halloween, j’ai eu envie de me plonger à nouveau dans l’univers de Sylvie Ginestet avec le troisième tome du Livre des Âmes. La dernière page s’est tournée en me laissant un goût doux-amer sur le cœur.  

John est un employé modèle sans histoire. Pourtant, sa vie bascule en même temps que la rambarde du toit de l’immeuble de son boulot. Sur le chemin de la lumière, il se fait happer par une force dans les limbes où il fera la rencontre de la mystérieuse et incroyable Sophie qui refuse de quitter cette terre mortifère sans avoir accompli une tâche qui lui tient à cœur. La Mort part à sa rescousse, mais il trouvera sur son chemin les sbires de Victus.

Avec ce nouveau volet, l’autrice nous emmène visiter une partie de l’au-delà. Les limbes sont constitués d’âmes en décomposition qui engendrent une atmosphère horrifique et pestilentielle. Dans ce monde composé de différentes strates, les défunts peuvent subir la souffrance, ou pire devenir la cible du maître des lieux. On découvre également l’emplacement et le but de la Tour sombre.

Je n’ai pas accroché à ce tome qui m’a semblé manquer de profondeur. Parlons d’abord de l’antagoniste. Victus était un soldat qui a combattu durant la bataille de Poitiers. Il domine à présent les limbes et en veut à la Mort. Ces deux lignes résument ce que l’on apprend au cours de ce troisième opus. Pendant ma lecture, diverses questions m’ont traversé l’esprit sans trouver de réponse : pourquoi l’âme de Victus est-elle si pervertie ? Comment a-t-il fait pour s’approprier cette terre hostile ? D’où lui vient cette puissance qui l’a aidé à la conquérir ? Pourquoi la Mort ne peut-elle pas le vaincre ? Ainsi, Victus revêt la cape de méchant, mais le squelette qui la porte ne possède ni chaire, ni muscle ou encore ni peau dont les tatouages et les cicatrices nuanceraient le personnage.

Le deuxième élément qui m’a chiffonnée concerne la Mort et ses faiblesses mentionnées par l’écrivaine. L’histoire se déroule d’une telle manière que celles-ci me paraissent bien dérisoires par rapport à la puissance de la Mort. J’ai ressenti plus son infaillibilité que ses déficiences. Du coup, les combats n’amènent pas de tension ou de suspense. La seule partie du récit qui en dégage tourne autour de la figure de Sophie et de son secret jusqu’à ce que celui-ci soit dévoilé.

L’âme perdue est censé représenter un moment charnière dans la relation entre la Mort et Bethany. La première l’entraine avec elle dans les limbes qui ébranlent sa petite main préférée. La réalité dont elle devient la témoin doit la faire évoluer. Personnellement, je n’ai pas ressenti l’évolution de Bethany, car elle ne traverse pas d’épreuves en tant que telles. Son maître la protège même en l’envoyant sur une autre mission. Ainsi, les changements évoqués par Sylvie Ginestet ne m’ont pas paru palpables.

Enfin, je n’ai pas saisi l’importance de Josh pour la Mort. Certes, il s’agit d’une âme volée par Victus, déviée du chemin vers l’au-delà et le paradis, mais il s’avère que l’impact de son enlèvement décrit au début ne trouve pas de raison valable au fil de la lecture. Je n’ai vraiment pas compris pourquoi la Mort doit absolument retrouver Josh et le sauver. L’évocation de la pureté de son âme ne me satisfait pas comme explication, car à la fin du livre, je n’ai pas eu l’impression qu’il était si différent des autres âmes perdues.

En bref, L’âme perdue est une lecture en demi-teinte. J’ai aimé retrouver La Mort et Bethany ainsi que découvrir le paysage morbide des Limbes, mais je n’ai pas adhéré au développement de l’histoire qui m’a paru trop léger et manquant de nuances en ce qui concerne l’antagoniste. J’espère que le quatrième tome sera meilleur.

Publicité

Le Champ des Loups (Le Livre des Âmes, #2) de Sylvie Ginestet

  • Titre : Le Champ des Loups (Le Livre des Âmes, #2)
  • Autrice : Sylvie Ginestet
  • Éditeur : Livr’S Editions
  • Catégorie : Fantastique, Romance

« A vous lecteur, cet article sera le dernier si vous êtes allergique au spoiler » C’est avec ce clin d’œil à l’autrice du Livre des Âmes que je vous déconseille de lire cette chronique si vous n’avez pas dévoré le précédent tome. En effet, il m’est impossible d’aborder ce second opus sans évoquer un événement majeur qui se déroule dans le premier livre de cette saga. Je décline toutes responsabilités en cas de curiosité aiguë qui entrainerait une crise de larmes torrentielles. 😉

Le Champ des Loups se situe un certain temps après l’irruption volcanique provoquée par l’ire de la Mort qui n’a pas apprécié la désobéissance d’Arny. La plaine est devenue une terre mémorielle pour la seule survivante : Emma. Celle-ci souhaite reconstruire et redonner vie à sa ville natale. Avec force et persévérance, la jeune femme réussit à avoir l’accord et le soutien du gouvernement pour développer son projet. Elle débarque sur ce lieu de désolation où les loups ont repris leur droit sur le territoire, et elle est déterminée à accomplir le but qu’elle s’est fixée : Faire de cet endroit un lieu de vie et de tourisme en cohabitation avec les loups. Pour cela, elle renomme La Plaine en Champ des Loups.

L’histoire de ce deuxième volume ressemble à un prologue car elle est axée sur la renaissance de ce patelin montagneux et elle établi les relations entre Emma et les autres protagonistes. Vur est devenu un beau loup qui fait office de familier, de guide et de protecteur. Il est le lien entre la Mort et Emma. Ayden est un reporter muté sur place pour couvrir la mission. D’abord perplexe, il va prendre goût à l’aventure et s’investir autant professionnellement que personnellement. Enfin, Paul est le meilleur spécialiste des loups et il est appelé pour édifier une maison d’observation des meutes locales.

Mise à part quelques interventions de la Grande Faucheuse, le roman développe surtout un projet de vie et une histoire d’amour agrémentés d’une pincée de fantastique mortelle à la sauce Sylvie Ginestet bien entendu. Malgré cette impression de prélude, les pages défilent facilement sous les yeux et les doigts grâce à l’écriture fluide de la romancière qui pallie au manque d’action qui était plus présente dans le premier tome. Les personnages principaux sont tous plus attachants les uns que les autres. Et cette fin ! La romancière lance l’intrigue du troisième bouquin qui promet d’être intéressant. Elle sait comment allécher ses lecteurs et délier les cordes de leur bourse.

En bref, Le Champ des Loups est plus calme et paisible que son prédécesseur tout en restant plaisant à lire. Il semble placer les pions sur l’échiquier pour un prochain épisode. Du moins, c’est le sentiment ressenti au fil de la lecture. J’ai hâte de me procurer le suivant.  

Bethany (Le Livre des Âmes, #1) de Sylvie Ginestet

  • Titre : Bethany (Le Livre des Âmes, #1)
  • Autrice : Sylvie Ginestet
  • Éditeur : Livr’S Editions
  • Catégorie : Fantastique

« A vous lecteur, ce livre sera votre dernier »

Sylvie Ginestet est une autrice d’origine française résidant en Belgique depuis 2012. Elle a crée en 2018 avec Christelle Colpaert-Soufflet sa propre maison d’édition sous forme d’association, The Poetic Shivers, sous laquelle vous pourrez retrouver la série Le Livre des Âmes et ses autres romans. Si vous la rencontrez lors d’un salon, vous serez conquis par sa vitalité et sa passion tout comme je l’ai été à l’Orée des Légendes à Monthermé en 2018.

En l’an 1071, la vie de la jeune Bethany bascule lorsque son pied glisse de la falaise et qu’elle accepte d’attraper la main de sa sauveuse : la Mort. Dès lors, elle parcourt la terre et les siècles pour apporter de belles âmes à son maître afin de calmer son humeur colérique et éviter une catastrophe. La sélection est très importante et un seul mauvais choix pourrait entrainer des conséquences désastreuses et irrémédiables. Les chasseurs de la Mort doivent en être tous conscients !

La vie des élus n’est interrompue ni par un coup de faux ni par le claquement de ciseaux. Bethany utilise un vieux livre dont elle écrit l’histoire et qu’elle remet entre leurs mains avec subtilité. Focalisés sur leur lecture passionnante, leur existence est aspirée page après page. N’est-ce pas cauchemardesque pour les amoureux des bouquins de se dire que celui qui se trouve entre nos mains pourrait être le dernier ?

L’intrigue est délivrée par une plume simple et accrocheuse. La succession des chapitres engendre un magnétisme de plus en plus fort qui empêche de reposer le roman même si l’horloge indique une heure tardive. Comportement oh combien dangereux lorsque l’on connaît la méthode de la petite main préférée de la Mort. 

Sylvie Ginestet nous délivre, avec le premier tome du Livre des Âmes, sa propre vision de la mort et de la vie. Le développement de la relation entre Bethany et la grande Faucheuse est intéressante et ajoute une petite pincée philosophique pour celui ou celle qui souhaiterait s’y attarder.

En bref, ce roman est une belle découverte. L’histoire est originale et l’univers de Sylvie Ginestet est bien ficelé et attractif. Elle oscille entre moment de quiétude et suspens avec brio. Un livre à ne pas lâcher, si vous l’osez !