Dans ton camp (À défaut d’ailleurs)

  • Titre : Dans ton camp (à défaut d’ailleurs)
  • Auteurs : Émilie Ansciaux, Geoffrey Claustriaux et S.A. William
  • Éditeur : Livr’S Édition
  • Catégories : comédie, fantastique

Quoi de mieux qu’un livre sur les camps de vacances pour sortir du train-train quotidien en pleine saison estivale ? Dans ton camp (à défaut d’ailleurs) fait partie de mes lectures doudou. Il possède l’ensemble des ingrédients pour un bon moment de détente et de rigolade tout en ayant une bonne dose de fantastique : une amitié naissante, une licorne, des situations loufoques, l’emprise d’un démon et un bain de sang.

Ce roman à six mains relate la rencontre de ses auteur.rices lors d’une colo d’été singulière. Au moment de quitter le bateau qui les amène en Corse, d’étranges accidents se produisent.  Bimbo numéro 1 tombe dans les escaliers, la deuxième manque de s’étouffer suite à une réaction allergique et la dernière du trio aura un destin peu enviable par la suite. Grima, la solitaire dessinatrice offre à Sonia, Émilie, Geoffrey et Mattéo, des familiers pour vaincre le démon. Arriveront-ils à se dépasser pour sauver leur peau ?  

L’histoire à l’humour débridé me régale à chaque lecture. On y découvre tour à tour le quatuor par leur propre voix et celle des autres. Sonia s’inquiète des apparences. Elle préfère dissimuler ses passions par crainte des moqueries. Derrière son innocente pureté, elle est calculatrice et choisit ses amis. Au cours de l’aventure, elle devra accepter sa part d’ombre.

L’amour de la lecture et des mignonneries la fera tomber sous le charme d’Émilie. Hargneuse quand on touche à sa Georgette (sa peluche licorne), sa langue acérée et vulgaire de serpent témoigne une sincérité et une franchise que peu de gens possèdent. Avec elle, il n’y a pas de faux semblants. Contrairement à Geoffrey, cet ami taiseux qui en pense plus qu’il ne le dit, mais dont les penchants graveleux seront révélés au grand jour quand son masque de bienséance se craquèlera.

Quant à Mattéo, le beau gosse aux fortes odeurs corporelles du groupe, il préfère les esprits justes à la superficialité.

En bref, si vous avez envie d’humour, de dérision, de personnages qui affrontent leur identité profonde, d’une amitié qui se construit. Ou si vous avez envie de lire les malheurs d’une pauvre licorne nommée Georgette, foncez ! Ce court roman vous fera passer un agréable moment.

Publicité

La loutre et le prince de S.A. William

  • Titre : La loutre et le prince
  • Autrice : S.A. William
  • Éditeur : Livr’S éditions
  • Catégories : jeunesse, fantasy

Lors de sa sortie au printemps dernier La Loutre et le prince de S.A. William a capté mon attention en raison de l’un des thèmes abordés dans l’histoire en plus de sa couverture magnifique.

Le prince Aonyx célèbre ses 16 ans. Pourtant, il en a gros sur le cœur. Héritier du royaume de Nutria, il désespère de pouvoir accomplir son rôle de monarque. En effet, les Trolls se trouvent aux portes du pays, la guerre approche et il ne peut pas courir sur le champ de bataille afin de sauver son peuple. Il se sent totalement inutile. Sa rencontre improbable avec une loutre va le tirer sa morosité et lui ouvrit de nouveaux chemins.

Ce conte relate un récit empli de douceur qui sent bon l’enfance et les aventures qu’on y vivait. J’ai adoré la façon dont l’autrice place le handicap du prince dans une normalité qui touche tout le monde. En effet, elle ne se focalise pas uniquement sur la manière dont les autres considèrent ou se comportent avec les personnes porteuses d’une infirmité, elle parle de l’image que celle-ci se fait d’elle-même et croit voir dans les yeux des autres.

Aonyx pleure après son rêve, non pas parce qu’on veut le destituer de son statut en raison de ses jambes inertes. Ses parents, ses amis ne lui imposent rien et ne montrent à aucun moment qu’ils souhaitent lui enlever son droit d’accéder à la couronne. Le prince est désespéré, car il croit dur comme fer que le seul moyen de mériter sa place sur le trône est d’emprunter le même chemin que ces ascendants : protéger son peuple en combattant, épée en main.

Or, chacun possède ses propres atouts. Il suffit de les voir, de les comprendre, de les assimiler pour atteindre ses objectifs, mais surtout, accepter sa différence. Changer d’optique permet de regarder le monde autrement, de briser les chaînes qu’on a posées soi-même sur sa volonté, de réaliser de belles choses et de briller par un héroïsme qui ouvre de nouvelles voies. Ce thème est universel, il nous touche tous dans une certaine mesure.

**Attention, un petit spoil ici**

Dans La loutre et le prince, Aonyx n’endosse pas à la fin le rôle du preux chevalier qui coupe la tête du méchant troll. C’est son intelligence, son grand cœur et sa sensibilité qui le rendent héroïque et prouvent que la violence n’est pas la seule option pour gérer les conflits. La diplomatie et l’écoute se révèlent des armes tout aussi puissantes. Une belle leçon de vie et d’harmonie que j’aurai adoré vivre dans mon enfance.

**Fin du spoil**

Cette découverte et cette acceptation de soi se réalisent grâce aux personnes qui l’entourent. Ses parents ne le dorlotent pas, car il doit relever la tête de lui-même pour avancer. En effet, les autres ont beau nous pousser, le changement doit d’abord venir de nous, de notre cœur. Cependant, les écouter et les observer peuvent nous aider à modifier notre point de vue.

Samson, ami d’enfance et valet personnel d’Aonyx, apprend à jongler entre son ancien et son nouveau statut. Il le bouscule de son honnêteté et l’accompagne dans son évolution. La franchise de Blanche et son habileté dans le maniement des armes lui offrent un regard différent sur la manière de franchir les obstacles. Enfin, la loutre va l’aider à déployer ses qualités pour résoudre le conflit avec les trolls.

D’autres sujets sont également abordés dans ce roman, telle la place de la femme dont l’accès à certaines professions serait « bizarre ». Lorsque Samson rencontre Blanche, il possède des a priori. Préjugés dont il ne connaît même pas l’origine. Il côtoie des soldates depuis son enfance. Cependant, il se sent déboussolé quand elle est assignée au poste de garde du corps personnel du prince. L’habilité de la guerrière, son érudition et sa franchise vont le faire changer d’avis.

La plume de S.A. William est agréable et fluide. Dès les premières lignes, elle nous transporte dans cette aventure où l’émotion a une place de choix. Elle distille du vocabulaire biologique sur les loutres par-ci, par-là.

En bref, La loutre et le prince est un conte magnifique qui a étreint mon petit cœur à plusieurs reprises grâce à la justesse des thèmes abordés qui sont universels. À travers un personnage singulier, la romancière arrive à donner l’envie d’accepter ses différences pour se dépasser, aller de l’avant et trouver notre propre voie pour atteindre nos objectifs.