Nos Altermondes de Nicolas Debandt

  • Titre : Nos Altermondes
  • Auteur : Nicolas Debandt
  • Éditeur : Les Éditions de l’Homme Sans Nom
  • Catégories : science-fiction, anticipation

En 2018, mon œil a été attiré par le nom de la maison d’édition L’homme Sans Nom et par les couvertures soignées des livres disposés sur son étal lors de mon passage à la Foire du Livre de Bruxelles. Le choix ne fut pas aisé mais j’ai décidé de jeter mon dévolu sur Nos Altermondes de Nicolas Debandt pour ma première relation avec l’éditeur. Et je ne suis pas déçue.

L’univers du roman est assez simple à comprendre. Suite à des problèmes environnementaux, deux cités sont interdépendantes l’une de l’autre. Minarque possède la technologie pour aller chercher de l’eau potable sur la planète voisine tandis que Terarque a développé une armée de pollinisateurs humains suite à la disparition des abeilles.

Les premières pages de Nos Altermondes nous font entrer dans le vif du sujet en nous propulsant au moment de la catastrophe qui rompt l’équilibre fragile entre ces deux puissances. Minarque et son port aérospatial sont détruits lors de l’effondrement de l’anneau entourant la planète. Une vague de migration déferle alors sur Térarque, parmi lesquels se trouve Nathanaël, père de deux enfants qui va devoir se battre contre la haine envers les réfugiés et trouver un moyen de contacter sa femme partie en mission dans l’espace.

Parallèlement, on suit la vie d’Ellynn. Elle est la pupille parfaite de l’Etat de Terarque et travaille sur la technologie du pilier dans le but de faire revenir l’eau. Les conséquences du cataclysme vont bouleverser sa vie tranquille, révéler les secrets et les manipulations de ceux en qui elle croyait, et bousculer ses convictions.

Bien que Nos Altermondes relève de la science-fiction, les sujets traités sont tellement actuels et les intrigues politiques sont si vraisemblables et concevables que l’histoire semble se dérouler sur une partie de notre propre globe terrestre. En évitant de prendre le chemin facile de la simple guerre environnementale, Nicolas Debandt nous offre un roman profond et humain qui, je l’espère, égratigneront les idées préconçues de certains, notamment sur la question des réfugiés. Il est juste un peu dommage que certains personnages secondaires soient traités de manière si sommaire alors que leurs actions font partie des rouages de l’intrigue.

En bref, il s’agit d’une belle découverte et d’un livre différent dans le monde de la science-fiction. L’alternance des chapitres centrés sur les personnages permet de jongler entre les deux univers et de comprendre les réalités de chacun. Seul petit bémol : les coquilles dans le texte qui auraient pu être éliminées avec une bonne relecture avant impression.