Animae Symphonia de Nicolas Bonin

  • Titre : Animae Symphonia
  • Auteur : Nicolas Bonin
  • Éditeur : Stories by Fyctia
  • Catégorie : fantastique

Lorsque Nicolas Bonin m’a proposé de vivre une balade musicale dans une école en compagnie d’animaux fantastiques, j’ai été intéressée immédiatement par le concept. Animae Symphonia a vu le jour grâce au concours Anima du site Fyctia en 2019. Il a atteint l’étape de la finale. Je remercie chaleureusement l’auteur pour sa confiance en me confiant ce service presse via SimPlement.pro contre une chronique honnête.

Stéphane Bardos est le fils du concierge du Lycée Saint-Saëns de Montgimel. Il y vit depuis qu’il y est né et le connaît comme sa poche. Féru de musique comme bon nombre d’élèves, il souhaite appartenir à un group de rock alternatif. Alors quand le chanteur des Jörmundgand, Dimitri, le met au défi de montrer ses capacités en guitare, il n’hésite pas et fonce chercher celle qui a été laissée sous les escaliers. A peine l’a-t-il rejointe qu’une panne de courant plonge le couloir dans la pénombre et que les serpents dessinés sur l’étui se mettent à luire. Instrument en main, il rebrousse chemin pour rejoindre les autres, mais c’est une forêt peuplée de créatures légendaires qui l’attend. Anguipèdes, ours, princesse grenouille,…Nuit après nuit, il devra jouer pour eux afin de libérer les humains possédés par les Animae et déjouer les plans de la personne qui a lancé la malédiction.

Animae Symphonia nous immerge dans un univers mi-onirique mi-fantastique baigné par la musique. Celle-ci n’est pas seulement présente dans l’histoire comme hobby préféré des protagonistes, elle inspire le nom des chapitres qui sont intitulés selon le titre d’une chanson et son interprète afin d’en donner le ton et la couleur. Les genres musicaux présents dans l’intrigue présentent une palette variée allant du rock alternatif au classique en passant par la variété française. Je n’ai pas fait l’exercice de vérifier si l’ensemble des chansons existait lors des années 1993-1994 ou si certains titres sont apparus après. Faisons confiance à l’écrivain dont on ressent la passion pour cet art. Son amour se devine par ses descriptions pointues et la manière dont la musique fait vivre l’histoire.

« — Il me faut un fusil !

— Vous avez la basse, explique la grenouille.

— Que vaut une basse contre un fusil ? C’est une blague !

— La musique est une chose sérieuse, Monsieur Bardos. Elle permet de soulever des rochers, de charmer des animaux et même de remonter le temps ! » 

Outre la musique, l’écrivain puise son inspiration dans divers mythes et légendes pour orchestrer son récit. Ainsi, Orphée fait son apparition avec sa lyre et son impatience au retour des enfers. Si le héros à la basse hérite des Grecs, ce sont les légendes françaises qui ont le plus beau rôle. Nicolas Bonin joue sur les traditions pour donner de la consistance et de la pertinence à sa malédiction. Stéphane croisent de célèbres noms tels le cheval Bayard, la fée Mélusine ou encore la bête du Gévaudan. L’utilisation qu’il en fait, la manière dont il intègre les anciennes histoires à sa propre narration est excellente. J’ai adoré qu’il puise dans le folklore local avec les légendes mais également avec l’intégration du gaulois. Je croise souvent dans mes lectures qui tournent autour de codes ou d’anciens artefacts à déchiffrer, l’utilisation du latin, de l’anglais ou des runes. Vous allez me dire que les Gaulois n’écrivaient pas. Vous avez raison. C’est pourquoi la manière dont le romancier arrive à en faire une clé de compréhension est originale. Cela fait du bien de croiser une autre langue que le trio habituel.   

Mon avis sur la densité psychologique des personnages est plutôt mitigé. Mis à part le protagoniste principal, j’ai eu l’impression que la majorité des acteurs n’étaient qu’esquissés. Leurs caractéristiques servent l’histoire et son déroulement au moment adéquat mais je n’ai pas ressenti la même profondeur que pour Stéphane. D’ailleurs, au début j’avais un peu de mal à savoir qui était qui dans le comité des délégués par exemple. Il m’a fallu du temps pour m’y retrouver.    

Stéphane est serviable et gentil. Il a un don pour la musique et est doté d’une grande détermination. Il aime la belle Yseult mais ne sait pas comment aborder cette romance ni saisir sa chance. Le fils du concierge possède un humour que je qualifierais de « au ras des pâquerettes ». Loin de moi l’idée de descendre ses blagues, car d’un, elles me font rire et de deux, je suis capable de faire bien pire dans mes délires avec mes amis. Alors oui, elles ne sont peut-être pas des plus recherchées mais elles font mouche. La princesse grenouille a une fâcheuse tendance à répondre aux questions de façon synthétique et qui soulève plus d’interrogations que de réponses. Ce côté mystérieux et franc alors qu’elle propose son aide à notre héros est juste excellentissime. J’ai adoré ce batracien dès les premiers dialogues.

La plume de Nicolas Bonin délivre la symphonie des Animae avec un bon rythme. Les phrases courtes donnent un côté léger agrémenté de passages comiques. Le début m’a fait penser à l’atmosphère du bon vieux film Jumanji des années 90s. Quelle nostalgie ! Une petite pointe de romance est également présente par le poétisme métaphorique des pensées que Stéphane a pour Yseult. Toutefois, cela ne tombe jamais dans la mièvrerie des sérénades au luth. L’auteur définit et utilise du jargon musical. Cela peut paraitre très technique aux néophytes mais je crois que les explications restent accessibles à ceux qui n’ont jamais touché au solfège. Il va même plus loin dans la théorie en remontant dans le temps et en parlant de la gamme de Pythagore. J’ai beau être musicienne, je n’en avais jamais entendu parler. J’ai repéré quelques coquilles dans la deuxième partie du livre. L’auteur va y remédier.  

En bref, Animae Symphonia est une aventure rock’n’roll et trépidante où la détermination d’un jeune homme et son amour pour la guitare va contrer les plans machiavéliques des ombres de la forêt légendaire. C’est un roman ado que je recommande grandement pour les fans de rock et de magie.