Nova et Juliette, un Halloween pas comme les autres (#1) de Victoria May

  • Titre : Nova et Juliette, un Halloween pas comme les autres
  • Autrice : Victoria May
  • Éditeur : Éditions Leonis (auto-édition)
  • Catégories : fantastique, young adult

Si vous êtes du genre à détester la période d’Halloween pour ses histoires horrifiques qui vous empêchent de dormir la nuit sans veilleuse, alors Nova et Juliette de Victoria May est fait pour vous. Oui, vous ne rêvez pas. L’autrice a réussi à associer la fête de Jack O’Lantern avec la douceur que l’on rencontre dans la période suivante au pied du sapin.

Nova est déterminée à regagner sa place d’héritière du clan Damona. C’est elle l’aînée. Pourtant, sa sœur la dépasse en puissance et en habilité magique. La jeune sorcière réalise un rituel censé lui apporter cette gloire perdue, elle se retrouve propulsée dans un monde parallèle où elle est accueillie par Juliette, une adolescente recluse chez elle. L’amitié naissante va se transformer en un lien fort qui perdurera au-delà des frontières.

Lorsque j’ai commencé le récit à une heure tardive, je pensais en lire un chapitre ou deux malgré sa taille. Le sortilège lancé par Nova m’a embarqué dans cette relation apaisante, si bien que je ne me suis pas vue tourner les pages. Le roman ne comporte, pourtant, ni monstre ni aventure extraordinaire où le suspense serait insoutenable. C’est une source de pur bien-être qui remonte le moral après une longue semaine. Il est parfait pour un moment cocooning enveloppé dans un plaid bien chaud et une tasse de thé.

Les personnages sont nuancés, forts et authentiques. Nova est un vrai rayon de soleil. Malgré sa rancune envers sa sœur, elle incarne l’optimisme et la positivité grâce à sa franchise et à son honnêteté. Son origine magique apporte cette touche d’enchantement qui rappelle les balades en forêt : la côtoyer permet de se ressourcer, de revenir à la simplicité, de profiter de l’instant présent et des cadeaux de la nature. Issue d’une société matriarcale, Nova se retrouve confrontée au monde de Juliette, dont la grisaille des immeubles étouffe la verdure.

Juliette, quant à elle, incarne une entité lunaire. Elle s’est enfermée dans le monde virtuel suite aux relations horribles qu’elle a subies. L’adolescente s’attache à faire respecter l’ordre sur son forum préféré et elle déguste les fanfictions basées sur l’univers de sa série adorée : Les Royaumes oubliés. Angoissée et peureuse, elle souffre de cette solitude. Affronté les autres, tenir debout face à eux l’a rend anxieuse. Juliette possède, pourtant, la force de briller dans la nuit triste qui l’entoure. Nova va l’aider à s’en rendre compte et à retrouver confiance en elle. Popcorn (je me devais de mentionner le chat) apportera sa touche de douceur et de soutien.  

En plus du thème de l’amitié, l’autrice aborde des notions historiques et magiques qui lui sont chères. Si Halloween est devenu la fête des monstres terrifiants, elle rappelle à travers le personnage de Nova, qu’il s’agissait avant tout d’une célébration en communion avec la nature. Samhain était loin d’être démoniaque pour les peuples anciens, tout comme la sorcellerie blanche ou verte.

En bref, Nova et Juliette, un Halloween pas comme les autres est un écrin de douceur. C’est frais, tendre et mignon. Cette novella nous rappelle que l’amitié est une source de pouvoir incroyable contre la solitude et la noirceur engendrée par autrui. La magie des liens est puissante.

Publicité

Bad Karma (Bayou détective, #1) de C. C. Mahon

  • Titre : Bad Karma (Bayou détective, #1)
  • Autrice : C. C. Mahon
  • Éditeur : auto-édition
  • Catégorie : policier, fantastique

Ayant reçu le premier tome de la série Bayou détective de C. C. Mahon dans le cadre du partenariat avec Les Plumes de l’imaginaire, je l’ai sélectionné dans ma PAL du Pumpkin Autumn Challenge dans le Menu Automne Frissonnant. L’histoire se passe en Louisiane, riche en fantômes et démons, elle était parfaite pour la catégorie Ghost Hunt.

Noter que Bayou détective se déroule après la trilogie Bayou Fantasy que je n’ai pas lue. Je n’ai pas été gênée lors de ma lecture, car l’autrice insère certains éléments du passé des deux détectives privés. Ça pourrait s’apparenter au divulgâchage. Toutefois, j’ai tellement apprécié les personnages que ça m’a donné envie de me plonger dans le récit de leur rencontre.  

Prudence et Moore se rendent à Beau Séjour pour enquêter sur un mystérieux fantôme qui balance des objets à la tête des touristes. Juju, imminent sorcier et ami, leur a seulement demandé de vérifier la véracité des faits et la présence réelle d’un spectre à exorciser. Cependant, le professionnalisme de Moore le pousse à découvrir l’identité et le meurtrier du poltergeist au grand dam de sa collègue qui redoute son expérience passée avec le monde surnaturel. Leur investigation va déterrer plus d’un secret terrifiant et scandalisant.

L’univers de Bad Karma se déroule au cœur de La Louisiane historique avec ses plantations de cannes à sucre dirigées par les maîtres blancs qui exploitent les esclaves noirs. De nos jours, Beau Séjour est devenu un lieu touristique qui privilégie la suprématie des maîtres à la réalité des opprimés. La majestueuse demeure est mise en avant alors que le quartier des esclaves est soigneusement dissimulé sous la végétation. Enfin, c’était la gestion de l’ancien directeur : Auguste Gauthier. Sa remplaçante, Grace Morgan, a une tout autre vision. L’application de ses décisions semble coïncider avec le début des événements mystérieux.

« Ce n’est pas parce que le passé est désagréable qu’il faut le glisser sous le tapis. »

Le récit oscille entre sphère humaine et fantastique. À un moment, on se demande si l’origine des maux prend sa source dans la première, l’instant d’après, on croit que la vérité se trouve dans la seconde. J’ai adoré la façon dont l’autrice tisse la toile de cette intrigue. Même si les thèmes (racisme, esclavagisme) et la trame de fond ont déjà été exploités par pléthore d’écrivain.es, sa manière de tricoter l’histoire m’a entraînée dès les premières pages. D’autant plus que ses protagonistes sont attachants.

Prudence a abandonné ses études. Les épreuves qu’elle a endurées ont baissé l’estime en ses capacités. Elle se sent plus fragile qu’elle ne l’est. C’est pourquoi Juju lui a fabriqué un bracelet protecteur. Au fil de l’enquête, elle va apprendre les ficelles du métier de détective. Les bons, comme les mauvais côtés. Son empathie rend l’exercice du rôle d’actrice difficile. Elle n’aime pas interroger les personnes ébranlées par la disparition de leur proche ni mentir pour obtenir des informations sans éveiller la méfiance. À travers ce personnage, C. C. Mahon exploite la complexité et la noirceur de l’âme humaine par la question : doit-on rendre justice à un criminel qui a été assassiné ?

Moore est un ancien policier originaire de New York. Né pour investiguer, il se reconvertit en détective privé et entraîne son amie pour l’aider à reconstruire une confiance en elle. Il croit en ses aptitudes et est déterminé à lui prouver. Prudence le nomme le chevalier servant, car il a une nette tendance à protéger la veuve et l’orphelin et à courir délivrer la princesse en détresse. Derrière sa droiture se cache un homme qui n’hésite pas à tirer profit de son côté beau gosse pour charmer les suspect.es et leur extorquer les indices.

J’aime leur duo. Leur amitié est palpable dans leurs gestes, leurs paroles et leurs disputes. Ils se taquinent en jouant sur leur différence du Nord et du Sud. Cette touche d’humour donne une légèreté au roman dont le style fluide élabore une atmosphère tantôt énigmatique tantôt terrifiante.

En bref, j’ai dévoré Bad Karma. Si le décor des plantations ne lui confère pas un cachet original, la construction de l’intrigue et son duo attachant ont verrouillé mon âme, à coup de signes Hoodoo, dans le monde élaboré par C. C. Mahon. Les tomes suivants et la série précédente sont d’or et déjà inscrits à ma wishlist.   

L’apprenti (Magic Charly, #1) d’Audrey Alwett

  • Titre : L’Apprenti (Magic Charly, #1)
  • Autrice : Audrey Alwett
  • Éditeur : Gallimard Jeunesse
  • Catégorie : Jeunesse, fantastique

Ayant entendu parler et lu plusieurs chroniques sur cette trilogie jeunesse, j’ai fini par craquer et me lancer dedans, sans regret !

Dame Mélisse, une puissante Magicière et grand-mère de Charly, rompt l’un de ses beignets de prédiction, puis s’évanouit dans la nature. Cinq ans après, elle est retrouvée affaiblie et amnésique. Son petit-fils se réapproprie la magie qu’il avait oubliée et découvre le monde auquel elle appartient. Aidé de Maître Lin et de Sapotille, son chemin l’amènera vers des révélations plus incongrues les unes que les autres, jusqu’à la raison inimaginable qui a poussé sa mamie à disparaitre.

L’univers élaboré par Audrey Alwett est à la fois simple, complexe et original. À chaque page, je m’imprégnais un peu plus de son monde gentil et cruel, lumineux et obscur où son imagination me prenait de cours par son mélange de mignonnerie et d’injustice. Magic Charly synthétise tous les aspects de la réalité et du merveilleux, et converge vers une révélation finale… inattendue de par sa nature. Je vais sciemment éviter de vous décrire la hiérarchie et le fonctionnement afin que vous découvriez tout comme il se doit, un peu comme Charly lorsqu’il entre dans ce monde. 

Au-delà de cet ouvrage fantastique, dans tous les sens du terme, j’ai adoré son inclusion, sa tolérance et sa bienveillance (si on omet les mésaventures de Charly et de Sapotille). Charly est un adolescent de 14 ans, tout ce qui est de plus banal. Pourtant, sa carrure alliée à sa couleur de peau inspire la méfiance et des regards obliques de la part des passants malgré sa gentillesse et sa bonté. Il avale ses pensées et émotions négatives dans ses poings. Devenu Patouilleur (apprenti), il prend soin de ne pas faire d’ombre à Parchemine/Sapotille dont le manque de confiance en ses propres capacités l’entraine à le méjuger. Leur duo va évoluer vers une amitié solide qui promet des étincelles dans les tomes suivants.

J’ai adoré Sapotille bien plus que la copine rebelle de Charly : June. Malgré ses faiblesses et son caractère hautain, la première possède une force de conviction et une graine de femme forte qui n’a besoin de personne pour la protéger. Elle va apprendre que, parfois, l’entraide peut s’avérer précieuse. June est la pote de Charly qui incarne l’essence de l’adolescence. Rebelle, elle se pose en opposition des règles établies par les adultes et adore les mauvais coups. En dépit de son sale caractère et de son côté envahissant, elle est fidèle en amitié. Charly peut compter sur elle.

L’histoire est servie par une plume usant des deux V : visuelle et vivante. L’écriture s’amuse avec les mots sans abuser des symboliques. Dosée avec amour telle une recette de Dame Mélisse, elle peint le monde de Magic Charly en un gâteau aux mille saveurs.

En bref, j’ai adoré L’apprenti au point de vouloir en parler pendant des heures tout en me retenant. La découverte de l’univers merveilleux d’Audrey Alwett m’a profondément émue, si bien que je ne souhaite pas vous gâcher cette expérience. En deux mots : Lisez-le !  

Rouge de Pascaline Nolot

  • Titre : Rouge
  • Autrice : Pascaline Nolot
  • Éditeur : Gulf Stream
  • Catégories : fantasy, relecture de conte

Rouge est le premier livre qui a capté mon attention lors de la Foire du Livre de Bruxelles de 2020 avec sa couverture sombre, mystérieuse et couleur sang. Les quelques mots échangés avec l’autrice m’ont convaincue de céder à la tentation. 

Malombre ne souhaite qu’une seule chose : se débarrasser de Rouge en même temps que la malédiction qui pèse sur ses habitants. Treize ans auparavant, l’union malsaine de sa mère avec le Diable a attiré l’œil de la sorcière des bois surnommée Grand-Mère. Le village doit envoyer toutes les filles au moment où elles subissent leur première règle. Attendant les menstrues de l’impure avec impatience, les villageois.es espèrent annuler la malédiction grâce à son sacrifice.

Cette réécriture du conte du Petit Chaperon rouge reprend en les remodelant l’ensemble des aspects de la sorcière d’autrefois (celles qu’on menait au bûcher) dans un récit dépeignant l’horreur dans ce qu’elle a de plus humaine. Le contexte est planté au sein d’un petit village isolé entre montagne inhospitalière et bois maudits où la population se raccroche à la parole divine et craint ce qu’elle ne comprend pas. Les villageois.es rejettent la pauvre enfant, car la progéniture féminine d’une folle impie ne peut qu’être mauvaise également, surtout avec cette preuve étalée sur sa face depuis sa naissance, n’est-ce pas ? Cette malheureuse tache de vin qu’elle arbore sur la moitié de son visage et cette boursoufflure à l’arcade sourcilière sont indéniablement les conséquences de sa filiation avec Satan. La peur et la laideur justifient ainsi, à leurs yeux, leurs actes et paroles abjectes à l’encontre de Rouge.

Après les cinquante premières pages qui dessinent l’environnement si réel et authentique de notre passé, une déferlante d’émotions m’a enchainée au roman jusqu’au plus profond de la nuit. Tour à tour, j’ai ressenti la solidarité, le dégoût, l’espoir, la peur, la tristesse, la haine. J’ai eu envie de refermer le livre pour effacer l’horreur des hommes, pour stopper ces êtres dont le seul pouvoir consiste à se voiler la face pour fuir leurs propres responsabilités, qui s’érigent en victime, pire en sauveur, alors qu’ils sont coupables et bourreaux.

Pascaline Nolot retrace les comportements les plus d’atroces. Elle brosse une réalité horrible, puis nous entraine de plus en plus dans les abysses obscurs des cœurs et des esprits tortueux dans un récit aux thèmes forts. Orpheline de mère, Rouge est également rejetée par son père. Malgré ses mots odieux (il n’ose pas la toucher de peur de voir sa peau rougir et être maudit), elle recherche le lien d’amour que seuls des parents offrent à leur enfant. Elle désire être reconnue.

La puberté comme synonyme de perte de l’innocence se retrouve au cœur du roman également. Elle marque le départ des filles vers l’antre de la sorcière, mais aussi l’apparition des loups pour les accompagner vers leur destin, au figuré comme au propre, car le danger ne revêt pas toujours une fourrure grise. Rouge va l’apprendre à ses dépens. Encore heureux, les brimades qu’elle subit depuis sa naissance l’ont rendue moins naïve que les autres gamin.es.  

L’autrice aborde l’indépendance des femmes. Celles qui vivent en marge de la société tout en étant décriées par la populace, car elles dérangent par leurs connaissances. D’ailleurs, Malombre n’éduque pas ses filles. Seuls les garçons accèdent à l’école du Père François qui aimerait enseigner à leur camarade afin de « les préserver du vice », mais qui n’ose pas en raison du sentiment de domination qu’elles ressentiraient. À comprendre qu’elle se prendrait pour l’égal des hommes.

Ce roman riche aborde l’importance de la beauté à travers le personnage de Rouge et Liénor qui incarne respectivement la laideur du malin et la grâce angélique. Les deux enfants sont amis en dépit des récriminations de la mère du second qui craint de perdre le dernier membre de sa famille. Le garçon se retrouve ainsi tiraillé entre son amitié pour Rouge et l’amour pour sa maman. Un autre personnage subit les affres de cette notion de beauté, mais je n’en dirais pas plus pour ne pas tout dévoiler.

Enfin, je vais clôturer cette section par le cercle vicieux autoalimenté par l’homme lui-même. L’anxiété inhibe le bon sens qui disparait lorsque vous côtoyez toujours les mêmes personnes qui vont dans le même sens que vous. Malombre connaît peu de sang neuf depuis l’apparition de la malédiction, de ce fait, les conversations ne sont pas alimentées par de nouvelles visions du monde qui permettent de voir autrement. Les villageois nourrissent donc eux-mêmes les pires craintes à chaque affliction, sans prendre en compte que la sorcière n’y est pas forcément pour quelque chose. Le diable s’incarne aussi parmi les hommes qui deviennent acteurs de leur propre malheur.

Je vais déroger à mon habitude de dépeindre les personnages et leurs caractéristiques, car je l’ai déjà fait en filigrane dans la description des thèmes et que je souhaite avant tout mettre l’accent sur eux. En effet, les protagonistes sont intrinsèquement liés à eux, ils agissent en parfaite adéquation pour en faire un récit fort et extrêmement bien ficelé.

Pascaline Nolot déploie une narration de conteuse à la plume poétique et ténébreuse. Son écriture est à la fois simple et élaborée par le choix des termes qui démontrent un vocabulaire riche et une verve qui correspond à l’esprit de l’époque, notamment par l’utilisation des sobriquets. Elle emploie des mots justes, accrocheurs et terribles dans les sombres révélations qui éclatent au cours des pages alternant présent et passé.

En bref, Rouge est une œuvre magistrale s’inspirant du Petit Chaperon rouge pour dépeindre la triste réalité de notre passé de femmes. Une réalité qui persiste de nos jours par le jugement sur le physique et la violence ordinaire que nous subissons encore, si bien que je ne qualifierais pas ce roman de conte de fées horrifique, mais presque de récit historique saupoudré de fantasy, car la magie revêtait un manteau véridique et tangible à l’époque de Malombre.  

The Winter of The Witch (The Winternight, #3) de Katherine Arden

  • Titre : The Winter of the Witch (The Winternight, #3)
  • Autrice : Katherine Arden
  • Éditeur : Del Rey Book
  • Catégorie : fantasy

Avec l’approche de la fin de l’année, j’ai sorti de ma pal le troisième tome de la trilogie The Winternight avec un mélange d’excitation et de crainte propre à la clôture d’une saga que l’on aime. Cette envie de vouloir connaître la suite de l’histoire mêlée au désir que ça ne s’arrête jamais tant elle nous plaît.

Comme toujours, si vous n’avez pas lu les précédents tomes, je décline toute responsabilité concernant les divulgations.

The Winter of the Witch débute sur les vestiges de l’incendie qui a ravagé une partie de Moscou et de son palais. Dimitri, le prince, désire d’abattre les Tatars qu’il tient pour responsables, bien que l’origine du carnage soit Vasya. Malgré son statut de sorcière et le dégoût qu’il lui porte toujours après sa « tromperie », il souhaite l’acheter : son aide pour dénicher l’ennemi en échange d’un époux. Cependant, il n’aura même pas le temps de lui proposer son marché. Comme dans toute catastrophe, on cherche un coupable pour canaliser la colère du peuple et Konstantin l’a bien compris. Grâce à son éloquence, il dirige leur ire vers la femme qu’il déteste le plus au monde, la sorcière Vasya.

Le troisième opus est divisé en cinq parties qui se concentrent sur des épisodes précis qui clôturent un pan d’histoire avant de commencer l’autre en détenant à chaque fois un élément qui sera important pour la bataille finale. Je ne vais pas les détailler pour éviter de dévoiler tous les retournements de situation. Je vais plutôt me focaliser sur le rythme du roman. Les premiers chapitres m’ont paru courts par rapport à ce que j’avais pu lire lors des précédents livres, par la suite ils reprennent une envergure conventionnelle pour la saga. La cadence de départ s’avère donc élevée, comme si l’autrice plaçait vite ses derniers pions sur l’échiquier, ce qui convoie l’urgence de la situation.

La structure de sa narration, son habilité à construire l’ambiance et les scènes avec une économie de mots, cette capacité à aller droit au but constituent quelques raisons pour lesquelles j’adore l’écriture de Katherine Arden. The Winter of the Witch contient beaucoup d’événements. Même si on est au dernier tome, on découvre encore une partie du monde qu’elle a élaboré avec le royaume inaccessible à ceux qui n’ont pas l’œil. Cette richesse est maîtrisée sans que ça paraisse être de trop. Rien ne semble inutile et tout reste lié à aux précédents tomes, comme si on voyait enfin la ramure de l’arbre après avoir scruté ses racines.

Le troisième volet met en valeur l’importance de la famille avec l’évolution de Sasha que j’ai fortement appréciée. Je ne m’attendais pas à ce qu’il aille jusque là. Un deuxième personnage qui m’a marqué malgré le peu de temps qu’elle apparait est Olya qui démontre que les femmes de cette lignée portent en elles une grande force, comme son sang-froid dans une situation horrifique l’a prouvé.

La romancière lie les filaments de sa narration pour unifier les peuples qui composent la Russie en prônant le droit de vivre sous le même drapeau sans persécution, au-delà des croyances et des apparences. Une alliance pour vaincre le mal, en utilisant également des êtres peu recommandables, afin d’arriver à cette paix qui demande des sacrifices. Elle parle aussi de la difficulté de rester droit dans ses bottes par rapport à ses principes. De résister à la soif de pouvoir qui draine le bon sens en rendant les gens fous de puissance, magique ou non. En gros, la folie des grandeurs que même Vasya va devoir combattre.

En bref, The Winter of the Witch clôture une saga magnifique qui porte des messages forts et teintés de réalisme avec une héroïne qui doit vaincre sa propre noirceur et les préjugés pour obtenir enfin la reconnaissance de sa valeur pour ce qu’elle est et non ce qu’elle devrait être. C’est une trilogie que je relirai avec plaisir dans le futur.

La porte des Rois démons (La compteuse d’âmes, #1) de Mariann Helens

  • Titre : La porte des Rois démons (La compteuse d’âmes, #1)
  • Autrice : Mariann Helens
  • Éditeur : autoéditions
  • Catégorie : fantasy

La porte des Rois démons est un roman de fantasy de Mariann Helens. J’ai lu cette autoédition dans le cadre du partenariat avec Les plumes de l’imaginaire. La série La Compteuse d’âmes devrait dénombrer quatre livres.

Lorsque la nuit plonge sur le patelin d’Ibma, elle apporte les Creux. Des êtres sans âme qui mordent les humains pour agrandir leur troupe. Mesha se laisse surprendre et prend la fuite à la suite d’un combat rudement mené. Le lendemain, elle retourne dans le village pour subtiliser vivres, biens et têtes décapitées. Les premiers pour survivre, les dernières pour les rapporter à Galore afin que le mage puisse les examiner. Les Creux ont une origine mystérieuse. Depuis des siècles, leurs attaques se calquent sur un même schéma. Sauf que cette nuit change la donne. Plus nombreux, ses monstres désincarnés et aveugles semblent voir Mesha alors qu’aucune peur ni trace de sang frais ne la recouvrent. En chemin vers Ardeville, la mercenaire fait la rencontre d’Ascelin Brocardier. L’un des survivants de l’attaque d’Ibma, qui garde bien des secrets sur sa véritable identité.

L’univers de La Compteuse d’âmes se calque beaucoup sur notre Moyen-âge et la Renaissance en ce qui concerne la situation géopolitique. Nous sommes à une époque durant laquelle la religion patriercane a remplacé les anciennes croyances qu’elle enterre à coup de prosélytisme, de tortures et de bûchers. Vous noterez l’utilisation de la racine identique au mot patriarcat sur lequel l’autrice a basé cette religion. En effet, celle-ci est profondément misogyne. Les prêtres peuvent pratiquer la magie, mais quand une femme l’emploie, on l’accuse de sorcellerie et de servantes des démons. Vous voyez le topo. Les puissances magiques reposent sur un système bien pensé sur lequel je ne vais pas m’attarder. Je vous laisse le découvrir lors de votre lecture.

Lors des allocutions des moines, les citoyens et citoyennes sont séparés. Les hommes entendent en premier les paroles saintes, viennent ensuite celles offertes aux femmes. La romancière met donc en exergue l’obscurantisme à travers son livre en le renforçant et en le dénonçant grâce aux échanges de Mesha et d’Ascelin qui représentent la tolérance et l’ouverture d’esprit.

Les Anciens Dieux pourraient bien être à l’origine du mal qui va bientôt se déverser sur le monde des humains. Le récit de La porte des Rois démons fait office de préambule qui dépeint le contexte imaginé par Mariann Helens. Elle décrit son univers et sa mythologie passée et présente de long en large, ce qui donne quelques longueurs à ce premier roman. En effet, l’élaboration du suspense n’est pas maîtrisée, car beaucoup de nœuds d’intrigue et révélations sont prévisibles pour les lecteurs aguerris de fantasy. L’enjeu majeur apparait au début et ne subit son évolution qu’à la toute fin. Entre les deux, le récit se déroule en combats et discussions pour expliquer l’univers. L’absence de sous-trame, d’histoires parallèles (propre au tome un, j’entends) au fil conducteur global de la trilogie m’a dérangée, car je préfère les séries plus fournies en rebondissements. De plus, le manque de suspense a fortifié cette impression de faiblesse. L’écrivaine distille bien quelques mystères au cours de son récit, mais j’en ai vite compris l’issue. Par exemple, le secret de Mesha m’est apparu dès les premières pages lorsqu’elle est dans la taverne à écouter les deux paysans.

Malgré cela, j’ai apprécié ma lecture pour diverses raisons :

Mesha et Ascelin sont des personnages hauts en couleur. La mercenaire n’a rien d’une héroïne d’épique fantasy. Elle fuit dès qu’elle peut le village d’Ibma au lieu de tout faire pour le sauver. Elle a une vision de la vie qui oscille entre réalisme et pessimisme. Du coup, elle évalue les situations et les stratégies en n’omettant jamais les conséquences désastreuses qui pourraient en découler si elle défaillait. Néanmoins, elle ne renonce jamais à poursuivre son but et elle hésite peu à recourir à des méthodes brutales.

Ascelin est l’archétype du bourgeois gentilhomme bien élevé dont la vie a basculé. Il est doux, attentif et fait preuve d’une curiosité immense. Son intérêt et son sens de l’honneur ouvrent peu à peu le cœur de sa compagne de route avec laquelle il va se lier d’amitié en dépit de son passé. De prime abord, il pourrait paraître trop lisse, mais plus on pénètre dans son intimité et dans son âme plus on y voit une sorte de… fanatique d’un autre genre.

La plume de l’autrice est fluide et agréable à lire. Elle maîtrise la technicité des combats et de la verve médiévale. Le vocabulaire est précis sur l’armement et la façon de donner les coups. Cela démontre une grande recherche de sa part. Certains passages possèdent un peu trop de répétitions à mon goût. Certaines descriptions m’ont parue superflues, car elles n’ont pas d’impact dans l’histoire. Par exemple, celle des fortifications et des ponts étroits d’Ardeville dont elle appuie la puissance défensive longuement. Je m’attendais à une scène qui s’y déroulerait par la suite sans avoir à répéter l’aspect insaisissable de la place en brisant l’action au vu du soin que l’autrice prend à l’ancrer en nous. Cependant, on n’y retourne plus.

En bref, La porte des Rois démons, est un premier tome qui jette les bases d’une histoire qui aura sans doute plus d’éclat dans le second opus. En dépit de son classicisme, de sa linéarité et du manque de suspense, j’ai adoré la cristallisation de la misogynie du christianisme à travers le nom et les principes de la religion patriercane, ainsi que les personnages attachants et nuancés que sont Mesha et Ascelin.

Nouvelles Orléans (anthologie)

  • Titre : Nouvelles Orléans
  • Auteurs : A.D. Martel, Alex NR, Fabrizio Schiavetto, Geoffrey Claustriaux, Gloria F. Garcia, Katia Goriatchkine, L.A. Braun, M. d’Ombremont
  • Éditeur : Livr’S éditions
  • Catégories : nouvelles, fantastiques

Bien que nous sommes déjà en plein dans la période des illuminations de Noël et des chocolats chauds à gogo (ou des Chaï Lattes selon les préférences ou les envies), je vais aborder ce soir un livre emprunt de magie et de vaudou, qui rappelle plus la lueur horrifique d’une citrouille que la bonhommie d’un barbu en habit rouge. Nouvelles Orléans est une anthologie qui nous emmène dans les rues de La Nouvelle-Orléans, cette ville emprunte de tradition et de modernité, à travers huit récits aux univers nuancés reliés entre eux pas le fil conducteur du folklore local. Les thèmes évoqués sont notamment la maltraitance animale, l’individualisme, la rédemption, la gestion de ses émotions ou encore l’acceptation de la différence.

Voici les trois histoires qui m’ont le plus touchée lors de ma lecture. Les deux premières arrivent à égalité. Je suis incapable de les départager, car elles sont à l’opposé l’une de l’autre tant au niveau de leur couleur que de leur finalité.

Le bonheur repose en Louisiane de Katia Goriatchkine débute par un descriptif de la vie du romancier à succès Ray Jacobs. L’autrice raconte plus qu’elle montre le passé de son protagoniste. Cette technique aurait pu/dû me lasser vite. Pourtant, elle m’a happé dans son récit grâce à la façon dont elle déploie couche par couche la particularité de son personnage principal et les enjeux de sa condition, ce qui en fait un vrai page turner difficile à lâcher.

Ray conquiert les cœurs de ses lecteur.rices alors qu’il ne ressent aucun sentiment depuis sa naissance. Il écrit grâce à sa boîte dans laquelle les passants abandonnent leurs émotions négatives, jusqu’au jour où il goûte pour la première fois à la plus grande des drogues : le bonheur. 

La nouvelle alterne entre Ray et son propre roman qui se déroule à La Nouvelle-Orléans. L’écriture épouse donc le style de l’autrice et celui de son personnage dont la plume évolue en fonction de son état. Ainsi, on découvre les désagréments du premier jet de ce génie absorbeur d’émotions.

J’ai beaucoup aimé cette nouvelle qui synthétise en quelques pages les bonheurs et les déboires des écrivains.

Les morts ne se mangent pas de M. d’Ombremont commence par quelques lignes de Baudelaire qui donnent le ton de la mélodie psychotique de cette nouvelle. Après le passage de l’ouragan Katrina, Zack reste cloîtré chez lui. Il n’ose plus mettre un pied dehors et ses contacts se limitent à sa voisine qu’il refuse de secourir même lorsqu’elle l’appelle à l’aide. Plus tard, il lui ouvre la porte malgré le sang qui la recouvre et ses explications rocambolesques.

La romancière joue avec l’angoisse et l’obsession de son personnage principal avec brio. Sa plume manipule la peur et la psychologie avec une telle maîtrise qu’elle arrive à métamorphoser l’absurdité de la situation vécue par Zack, en réalité tangible. Elle touche la barrière mentale de la raison, la force et la modèle pour rendre réel l’irréel de la scène.

Ainsi, le récit mêle à la perfection l’horreur et la psychose jusqu’à la fin excellente qui donne des frissons. L’autrice me prouve encore une fois qu’elle manipule la psychologie humaine dans ce qu’elle a de plus obscur avec maîtrise.

La croisée des chemins de L.A. Braun raconte l’histoire d’Emilia Carter qui travaille comme restauratrice d’œuvres d’art au V&B Museum. Un jour, elle reçoit un médaillon de sa tante qui lui demande de revenir en Louisiane pour l’aider à préserver l’art créole. Après l’arrivée du colis, des rêves étranges hantent ses nuits, mais c’est à l’annonce de la mort de sa parente qu’elle entreprend un voyage vers La Nouvelle-Orléans où une rencontre va changer son destin.

Le récit dépeint par une plume agréable est bien mené et ficelé. J’ai adoré le caractère d’Émilia. Elle est asociale et elle l’assume jusqu’au bout ! Elle n’aime pas parler aux gens, dévoiler sa vie et se mêler à ses collègues. Malgré l’insistance de certains, elle n’entre pas dans le moule et elle n’hésite pas à le montrer et à le dire. Émilia souhaite rester authentique peu importe les avis des autres et ce type de personnage m’a fait un bien fou, surtout dans cette société qui nous demande de faire bonne figure la majeure partie du temps.

Cette fois-ci, je vais déroger à ma règle des trois pour évoquer en quelques mots, Sans nom d’A.D. Martel en raison de l’originalité du point de vue qu’elle a choisi : elle donne la parole à une poupée vaudou qui s’enfuit de chez sa tortionnaire, ce qui confère à l’histoire un caractère particulier qui oscille entre obscurité et lumière.

The Girl in Tower (The Winternight, # 2) de Katherine Arden

  • Titre: The Girl in Tower (The Winternight, # 2)
  • Autrice : Katherine Arden
  • Éditeur : Del Rey Books
  • Catégorie : Fantasy

À l’approche de la nouvelle année, j’ai mis le cap sur les plaines enneigées d’une Russie médiévale imaginaire comme je l’avais fait à la même période un an auparavant avec le premier tome de la trilogie The Winternight par Katherine Arden.

Je vous invite à lire The Bear and the Nightingale avant cette chronique, car j’évoque des éléments cruciaux de son histoire.

The Girl in The Tower nous ouvre les portes de Moscou, de son château et de ses manigances nobiliaires. Nous retrouvons la sœur de Vasilisa, Olga qui a endossé son rôle de princesse de Serpukhov avec brio. Elle s’occupe de ses enfants et accompagne la Grande Princesse lorsqu’une suivante, Darinka évoque sa rencontre avec le fantôme de la tour.

Parallèlement, Sasha, ayant pris le nom de frère Aleksandr, revient de mission après avoir sauvé le prêtre Konstantin de la mort. Il apporte de mauvaises nouvelles sur des pillages et des kidnappings de jeunes filles dans les campagnes.

Enfin, Vasya qui a fui son village suite au trépas de son père et aux accusations de sorcellerie décide de revêtir le manteau du voyageur au côté de Solovey au grand dam du seigneur des neiges Morozko. Elle s’élance dans la forêt et croise les horreurs des bandits. Elle se met en quête de sauver les malheureuses captives. Son acte de bravoure la propulse à la cour de Moscou où elle va devoir dissimuler son identité et ne pas baisser sa garde en goutant aux privilèges masculins.

Après la campagne où une lutte entre les esprits païens et la religion se déroulait, ce deuxième opus nous dévoile la vie citadine et princière de la cour Muscovite où les nobles rivalisent pour s’attirer les bontés du grand Dmitrii et où les manigances politiques et stratégiques vont bon train. À côté de cette peinture moyenâgeuse où les femmes doivent vivre cloîtrées entre quatre murs, on en apprend plus sur le mystère du collier de Vasya et sur son lien avec Morozko grâce à un développement de l’intrigue où la dame de la tour reste pourtant peu présente tout au long du récit.

L’enjeu du livre se situe sur le plan politique qui place une tension suivant l’axe des bandits et celui du système féodal. Le tout est enrobé de batailles et de fête religieuse qui remplace une célébration païenne. Vasya évolue entre émerveillement, insouciance et méfiance surtout vis-à-vis du seigneur Kasyan qui s’intéresse à elle depuis leur première rencontre pour d’obscures raisons.

Les thèmes du premier tome sont toujours utilisés dans ce second livre avec une vision de la place de la femme dans la société qui se resserre autour de la gorge de notre héroïne dans cette ville où les hommes règnent en maitre et où les exploits d’une femme sont mal vus, peu importe leur courage. L’une des idées sous-jacentes que j’ai appréciées concerne l’effort :

«I carve things of wood because things made by effort are more real than things made by wishing»

Je sculpte des choses en bois parce que les choses fabriquées par l’effort sont plus réelles que celles réalisées par souhait.

Des personnages peu présents dans le premier livre ressurgissent avec Olga qui déplore l’attitude de sa sœur, mais ne peut lui en vouloir bien longtemps en raison de son amour pour elle. Leur frère Sasha considère d’un mauvais œil le travestissement de Vasya, toutefois, il protège son secret dès le début de peur de la voir souffrir si son identité était découverte. Les nouveaux acteurs, quant à eux, sont moulés dans le pur esprit moyenâgeux. Dmitrii, le Grand Prince, gère sa cour du mieux qu’il peut. Il fanfaronne avec témérité devant ses hommes et n’hésite pas à courber la tête face au représentant de son propre suzerain. Kasyan est le chef d’une petite tribu aux intentions cachées. Il se présente au prince de Moscou pour aider son peuple. Une aura de mystère l’entoure jusqu’au bout. 

La plume de Katherine Arden est toujours aussi agréable à lire. Elle tisse son histoire avec une simplicité déconcertante en mêlant réalité et magie avec brio et aucun défaut. On ne peut que croire à ces paysages enneigés où les démons et les fées survivent en parallèle des humains et de leur religion. Chaque élément de son récit s’imbrique à la perfection pour dévoiler une histoire générationnelle qui risque bien de perdurer au-delà de Vasya.

En bref, The Girl in The Tower m’a conquise autant que le premier tome de la trilogie avec ses rebondissements et son héroïne qui déploie un courage et une volonté à toute épreuve pour prouver sa valeur et sa place dans ce monde qui la renie à cause de son sexe. L’autrice joue la carte de la stratégie et de la politique au lieu des religions païennes et orthodoxes pour nous offrir un récit fantastique palpitant que je n’ai pas pu lâcher.

Clément Coudpel contre les spectres de Samain de M. d’Ombremont

  • Titre : Clément Coudpel contre les spectres de Samain
  • Autrice : M. d’Ombremont
  • Éditeur : Livr’S Éditions
  • Catégorie : fantastique

Lorsque Livr’S Éditions a présenté ses nouveautés automnales, deux mots m’ont convaincue d’acheter Clément Coudpel contre les spectres de Samain. Il s’agit de Liège et macrale.

Beaucoup d’auteurs placent leur intrigue dans des mégapoles ou des îles paradisiaques ultras connues et exploitées. Du coup, j’apprécie quand des lieux moins sollicités dans la littérature sont choisis pour développer l’histoire, car j’aime découvrir des espaces et des pépites à travers les aventures des héros ou sentir une pointe de nostalgie à la lecture de certains passages. Et, lorsque l’on connait ces régions, on les voit d’une autre manière par la suite, tel un nouveau regard offert par l’écrivain. Ayant vécu sept ans à Liège, c’est avec plaisir que j’ai revisité les endroits que Manon d’Ombremont utilise dans son roman. Je n’ai pas pu m’empêcher de sourire à la mention d’une particularité des sous-sols de l’université.

Le terme macrale (qui signifie sorcier/sorcière en wallon) ajoute une authenticité et un ancrage solide de l’histoire pour les Belges francophones qui liront cet ouvrage. En tout cas, pour les personnes qui connaissent ce patois ou qui l’ont côtoyé auprès de leurs grands-parents. C’est le genre de détail qui donne un côté original au livre et qui le rend encore plus palpable et réaliste. Surtout que l’autrice intègre le folklore dans son univers à la perfection. Après cette introduction qui est plus longue que d’habitude, plongeons entre les pages de ce petit bijou.

Clément Coudpel déteste son héritage. Né dans une famille de macrales gérant le Chemin de la mort, son destin le désigne comme successeur du porteur de pelle qui doit repousser les esprits lors de la Samain. Cependant, suite au décès de sa mère quelques années plus tôt, il refoule ses pouvoirs et grandit le plus normalement possible grâce à sa sœur qui prend l’ensemble des responsabilités sur ses épaules. Subissant le harcèlement de la communauté magique, sa vie bascule le jour où Camille disparaît à quelques jours de la fête automnale. Décidé à la sauver avec l’aide de son meilleur ami Takeshi, il découvrira que les ennemis sont souvent plus proches qu’on ne le croit.  

L’originalité de ce livre repose d’abord sur le contrepied des points de départ du genre fantastique. Ici, le héros ne veut pas de ses pouvoirs. Il a beau aimé les shonen et les jeux vidéos mettant en scène des magiciens ou des monstres et même Harry Potter dont il partage certaines caractéristiques, il préfère les gérer dans une partie virtuelle que dans la réalité, car les mots game over ne vous enlèvent pas à jamais ceux que l’on aime.

Alors, il supporte les reproches de l’Ancêtre Guenièvre, un fantôme à cheval sur l’éducation et le devoir, et il fuit dans la vie normale d’un enfant de son âge. Il lit des mangas à gogo et passe des heures à jouer en ligne. Une myriade de références populaires nippones accompagne les épisodes de l’histoire. Un vrai régal ! J’avoue avoir dû vérifier certains éléments comme le générique de Bleach mentionné, et quelle nostalgie en voyant l’interprète. La romancière utilise un vocabulaire de Geek (spécifique aux jeux vidéos) et le définit en note de bas de page (ce qui permet d’éviter de se perdre pour les non-initiés tels que moi).

Puisant dans la fantasy, les jeux de rôle et les histoires au coin du feu, de nombreuses créatures apparaissent : Oupyr, liche, barghest,… et même le terroir légendaire est présent par l’intervention du nuton ! Le ver du cimetière familial est sans doute le plus adorable d’entre eux. Coudmou, de son prénom, surgit de son trou et y rentre en boucle en haut du livre. J’aime cette animation qui témoigne du souci du détail de la maison d’édition.  

Les personnages sont élaborés avec profondeur et réalisme. Clément n’est qu’un gamin de treize ans qui déteste la magie. Il rencontre des difficultés pour l’apprivoiser. Encore heureux que Takeshi, son ami, l’aide grâce à leur passion commune pour la Jpop et les animes. Ainsi, il progresse et ne perd pas pied. L’esprit de Célestin qui partage son corps, le guide et lui sert de mentor tout comme Katel, l’oupyr, qui souhaite mourir définitivement et qui prend soin des affaires financières de la famille. Camille est forte et déterminée à protéger son petit frère. Toutefois, des troubles de la mémoire la perturbent depuis qu’elle a sauvé la vie de son meilleur ami, Thomas, en le transformant en liche. Enfin, l’autrice rend hommage à des personnes réelles : le tenancier et les vendeurs de Kazabulles, une libraire spécialisée en BD et manga de Liège, qu’elle adore et qui m’a ramené des années en arrière.

La plume de M. d’Ombremont est simple, fluide et dynamique. Les phrases sont courtes et créent un rythme soutenu. Si le prologue est sombre, le chapitre suivant tranche dès les premières lignes avec un style léger et humoristique.

Pour être libraire, songe Clément, il faut un master en Tetris. 

L’intrigue oscille entre ces deux styles, entre la lumière et l’obscurité, entre la comédie et la tragédie, symbolisant à merveille le passage de la naïveté de l’enfance à la perte de l’innocence. En effet, Clément ne renoue pas seulement avec ses pouvoirs, il réalise que chaque être possède une part d’ombre.

En bref, Clément Coudpel contre les spectres de Samain est un roman fantastique aux allures de livre jeunesse qui nous plonge dans les abysses de l’âme humaine et qui nous apprend que les esprits ne sont pas forcément les créatures les plus dangereuses de la terre ou de l’au-delà. Ce livre est un véritable coup de cœur que ce soit au niveau de l’histoire, de ses personnages attachants, ses références japonaises ou son terroir qui m’a rendue nostalgique.

Les larmes de Sitaël (Legendion, #3)

  • Titre : Les larmes de Sitaël (Legendion, #3)
  • Auteur : Rémi Bomont
  • Éditeur : Les mots qui trottent
  • Catégorie : fantasy

Attention, ne lisez pas cet avis si vous n’avez pas lu les deux précédents tomes. J’évoque des éléments qui pourraient vous gâcher l’excitation de la découverte. Je vous rappelle que même si vous changez d’Echo/de page, vous vous en souviendrez.  

C’est avec un immense plaisir que je chronique le troisième opus des aventures d’Eloran et Lerena, confié par son auteur via SimPlement.pro. Un grand merci de me faire une nouvelle fois confiance.

Après la catastrophe de Saint-Reheal, la flotte royale retourne vers Escasam. Le petit groupe s’allie pour défendre le secret d’Eloran et éviter que sa véritable nature soit révélée au roi. Les choses se compliquent lorsque ce dernier entreprend des audiences pour comprendre ce qui s’est passé dans le camp des Naurs et à la cité maritime. Parallèlement, un événement marquant ce produit. Les anges fuient la sphère céleste pour se réfugier parmi les mortels. La Reine Ecarlate brise leur hiérarchie palier par palier vers un but qui reste encore un mystère. L’approche d’Ocaria est imminente tout comme le danger les guettant.

Ce roman alterne des épisodes du passé et du présent. Le voile sur l’amitié entre Erathostène et Sinaï Hallebardier se lève à mesure que le souverain récupère ses souvenirs. La haine que ce premier voue aux Forces Interdites s’effrite. Ce qui laisse ses hommes abasourdis par ses états d’âme. Le sauvetage des anges est orchestré par Ohen un peu partout sur terre. L’ensemble de ces événements me donne l’impression que l’action principale se dérouler en dehors du navire.

La traversée est plutôt calme la majeure partie du bouquin. Comme un moment de repos malgré les questions du roi dont les interrogatoires sont pacifiques, et les visions d’Evelène. Eloran ose aborder le sujet de sa mort ce qui soude l’équipe.

Suite au pion que l’ennemi avait avancé sur le plateau de jeu à la fin du deuxième livre, j’étais dans l’attente de voir les malheurs qu’il allait engendrer. J’ai trouvé le délai un peu long bien que beaucoup de choses se passent et de nombreuses histoires sont narrées sur des personnages secondaires comme Olakma et Mamias. Même la nature de Mésange-Lugubre est expliquée en même temps que la conception philosophique de l’âme, de l’esprit et du corps dans l’Echodria. L’intérêt se situe vraiment en dehors du bateau et dans le passé pendant les deux tiers de l’intrigue.

L’auteur continue à exploiter les mêmes thèmes que dans les précédents romans. Alors qu’il mettait en évidence l’horreur des Echos où on peut revivre plusieurs fois la même douleur, il tire parti de toutes les facettes de son univers en abordant le côté positif d’avoir une âme répartie entre différents corps pendant une durée limitée. Ainsi, Eloran peut profiter du temps qu’il lui reste pour se concentrer sur l’accomplissement de son existence en profitant à fond de ceux qu’il aime ou tout faire pour trouver un moyen d’échapper à son sort.

A travers le personnage de Lerena, il continue de combattre le poids des traditions qui emprisonnent les femmes dans un rôle d’épouse même sur le trône. A croire qu’elles ne peuvent prendre des décisions pour le bien-être du royaume sans homme.

« Le monde partait en vrille et son sort n’allait pas se jouer au pied de l’autel d’une église. »

La plume de Rémi Bomont est toujours aussi dynamique et captivante même quand les dialogues possèdent une emphase théâtrale ou un ton issu de chansons de geste. C’est avec une bonne surprise qu’il utilise l’écriture inclusive pour parler des anges. Iels n’ont pas de sexe après tout.

En bref, Les larmes de Sitaël ressemble à un intermède posant les bases de la suite de la série du Legendion.  Des éclaircissements sont apportés sur le passé commun de certains protagonistes. Ohen continue à avancer ses pions depuis l’ombre du monde et la Reine Ecarlate fait une brève apparition en arrière-plan. Toutefois, la confrontation entre ces diverses forces reste sommaire. J’attends tout de même la manche suivante avec impatience.