Les dérobés de Berenia (L’éclat et l’ombre, #1)

  • Titre : Les dérobés de Berenia (L’éclat et l’ombre #1)
  • Autrice : Audrey Marin-Pache
  • Éditeur : Auto-édition
  • Catégorie : Fantasy

Les dérobés de Berenia (L’éclat et l’ombre, #1) est mon tout premier service presse et la première auto-édition chroniquée sur ce blog. Je remercie l’autrice Audrey Marin-Pache de m’avoir choisie via la plateforme SimPlement.pro et de me faire confiance pour donner un avis honnête.

Eryn, une jeune femme possédant l’éclat de soin, se réveille dans un cachot. Elle se remémore son enlèvement et la naïveté de son comportement face à la vague de kidnapping qui frappe le royaume. Comme trop souvent dans ces cas-là, elle pensait que ça n’arrivait qu’aux autres et s’en moquait. La porte de sa prison s’ouvre sur Lucya. Celle-ci lui explique la raison de son emprisonnement et le dessein néfaste qui l’attend. Accompagnées d’autres dérobés, Eryn embarque sur un bateau en direction de la capitale. Le voyage est loin de se dérouler tranquillement.

Cette histoire est le premier ouvrage de la romancière et ça se ressent au fil de la lecture. Il y a un réel travail de préparation de l’intrigue en amont. Toutes les questions que je me suis posée ont trouvé une réponse. La romancière a bien ficelé son univers. La faiblesse de cette première écriture réside plutôt dans la forme et la mise en place. Très vite le monde, son histoire, les événements proches, sa particularité sont décrits. La rivalité entre l’éclat (une sorte de don) et l’ombre qui découle de son utilisation, est intéressante mais trop peu exploitée dans cet opus. La manière d’amener tout ça est un peu trop directe et rapide. De plus, l’enchainement des scènes se fait trop aisément. Chaque obstacle est vite abattu pour aller dans le sens du récit et le final choisi par l’écrivaine.

Les personnages et le développement de leurs relations laissent également cette impression de facilité pour faire avancer le roman. La petite histoire d’amour m’a d’ailleurs laissée de marbre. Il est vrai que je suis difficile en romance, je l’avoue, mais la manière dont les choses ont été amenées, m’a fait penser qu’elle était là pour simplement en avoir une. Je pense qu’il faudrait un travail plus en profondeur pour améliorer la cohérence des actes et de la psychologie par rapport aux backgrounds. Quand je vois le travail préalable pour la construction de ce monde de fantasy, je crois sincèrement que le livre a été lâché sur le net un peu trop tôt.

Si le déroulement du récit ne prend pas aux tripes, celui-ci reste captivant grâce à la simplicité du style de l’autrice qui, malgré les faiblesses susmentionnées, nous entraîne aux côtés d’Eryn et de ses compagnons d’infortune et d’arme. L’intrigue possède sa part d’ombre et les retournements de situation sont plutôt bien pensés.

En bref, Les dérobés de Berenia est un diamant brut. S’il souffre des défauts d’un premier roman, il possède de nombreuses qualités telle une histoire bien ficelée et maîtrisée par Audrey Marin-Pache. Une plus longue maturation en ferait un vrai petit bijou de la fantasy.