Bratva – Larme Bleue de M. D’Ombremont

  • Titre : Bratva – Larme bleue
  • Autrice : M. D’Ombremont
  • Éditeur : Livr’S éditions
  • Catégorie : drame

Bratva est ma première lecture issue de mes achats à la Foire du Livre de Bruxelles 2020. Ce livre est à des années-lumière de ma zone de confort. Pourtant l’autrice et blogueuse avec qui j’ai eu le plaisir d’échanger quelques mots, a réussi à me convaincre par ses quelques mots empreints de vérité qu’elle a inscrits dans la dédicace : « Au fond, les pires horreurs sont humaines. » Quand des atrocités sont commises, les gens utilisent souvent le mot « inhumain ». Pourtant, seul cet être est capable de torturer physiquement comme psychologiquement l’un de ses semblables ou des animaux (sauf peut-être les chats à qui on a appris à jouer avec la nourriture).

Rayna est surnommée la vourdalak  de la famille Aslanov. Elle sait qu’elle est différente, qu’elle est un monstre et elle l’assume entièrement. Depuis qu’elle a été prise sous l’aile de cette mafia russe, elle sculpte la mort dans les corps terrifiés. Pour elle, tuer est un art. Elle vit et jouit pour le meurtre bien fait jusqu’à sa rencontre avec Eleyna, la fille de son boss qu’elle sauve des griffes des Matven et qui lui demande une requête incongrue : elle souhaite être initiée à son monde. Un lien qui va ébranler Rayna au plus profond de son art et de son âme.

Ce roman est à part. Plongé dans l’univers de la pègre russe, celui-ci ne sert que de décor à une histoire bien plus psychologique, sombre et humaine. Ce qui le rend difficilement classable dans un genre littéraire classique. Si je devais choisir une boîte, je pencherais plus pour un style emprunté au théâtre : la tragédie. Sans l’emphase accompagnant ce type de récit. Il touche également à la romance érotique homosexuelle par la relation entre Eleyna et Rayna. Toutefois, il ne peut clairement pas être figé dans cette option même si leur relation est au centre de l’histoire. C’est elle qui modifie la perception de la tueuse et ébranle son train-train quotidien.

Le bouquin est divisé en courts chapitres à la fin desquels un changement de point de vue s’opère par la courte intervention d’un stalkeur se révélant vite être Vassily observant sa bête. La possessivité est au cœur de Bratva créant une sorte de triangle amoureux malsain caché dans l’ombre et dont Rayna ne se doutera qu’à la dernière minute. Elle est comme un poison s’insinuant dans la vie des protagonistes en leur infligeant les pires horreurs. C’est d’ailleurs, la révélation finale liée à ce comportement qui m’a bouleversé après une lecture qui se voulait plus distrayante qu’autre chose. J’aimerais ne pas trop spoiler sur ce point. Sachez juste qu’il aborde un thème que je dénonce en tant que femme. 

La narration est basée sur le point de vue de Rayna. Cette psychopathe parle comme les gens normaux. Elle n’a pas de forte opinion si ce n’est sur les voyeurs assistant à ses spectacles mortuaires à la Divine Comédie et sur l’art de tuer. Si elle ressent facilement la peur de ses victimes, la psychologie humaine et ses relations ne sont pas son fort. Outre, tuer artistiquement, elle adore se droguer pour l’aider à visualiser ses futures œuvres. Suite à un trip avec Eleyna, elle va être troublée car elle s’est laissée aller à utiliser une méthode si peu conforme à ses habitudes qu’elle va se faire tatouer une larme bleue, au couleur de la chevelure de son amante, pour ce crime au lieu d’une rouge comme elle le fait pour chacun des êtres dont elle a pris soin.

Eleyna est difficilement cernable. Elle a l’air d’être la fille d’un chef de mafia un peu paumée qui demande de l’aide pour se défendre après son agression. Ses arrière-pensées restent secrètes jusqu’au bout. Elle semble instable car elle est à la fois capable de paniquer devant la violence des actes et de poignarder follement un homme par la suite.

La relation entre ses deux âmes est racontée à l’aide d’une plume simple et fluide similaire à l’esprit de la narratrice. La noirceur écrase dans les coins la faible lumière de ce monde où la pureté n’a pas sa place. La romancière n’hésite pas à décrire les scènes avec toute la violence et l’horreur dont l’humain est capable. Le sexe n’y est pas seulement sensuel mais est aussi teinté d’un aspect licencieux. Il porte bien sa notion de réservé à un public averti.

En bref, Bratva- Larme bleue est un roman déconcertant par son histoire oscillant entre plusieurs genres dont les traits principaux sont absorbés par la noirceur de l’atmosphère. Si je lisais cette œuvre sortant de mes préférences d’un œil curieux mais sans excitation particulière au début, ce que cachaient les intentions d’Eleyna m’a profondément touchée et révoltée. Une lecture dont on ne sort pas intacte.

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s