La mémoire de Babel (La passe-miroir, #3) de Christelle Dabos

  • Titre : La mémoire de Babel (La passe-miroir, #3)
  • Autrice : Christelle Dabos
  • Éditeur : Gallimard Jeunesse
  • Catégories : jeunesse, fantasy

Attention ! Ne lisez pas cette chronique si vous n’avez pas lu les précédents tomes car j’évoque des éléments clés et des révélations s’y trouvant.

Mon avis sur le troisième tome de la passe-miroir est basé sur une relecture. Cet opus est divisé en deux parties : L’absent et l’épouvantail. L’histoire principale est alternée avec quelques chapitres sur la petite Victoire et ses voyages astraux.

Ophélie vend des gaufres durant la fête de Tocante. Elle déprime car ses recherches sur Thorn n’ont rien donné pendant ces deux ans et sept mois. Au moment où son oncle lui apporte une carte postale qui pourrait l’aider à retrouver sa trace et celle de Dieu, elle entend la voix d’Archibald qui l’attire dans une rose des vents. Ce dernier explore ce moyen de déplacement pour dénicher la secrète Arc-en-terre et venger la Mère Hildegarde. Déterminée, Ophélie décide de choisir sa propre destination et endosse l’identité d’Eulalie. Elle se rend sur Babel, seule, où elle rencontre Ambroise le tac-si inversé et où elle s’enrôle chez les apprentis virtuoses d’Hélène pour percer les mystères du Secretarium et rejoindre son mari avant l’effondrement du monde provoqué par l’Autre.

Christelle Dabos nous entraine sur une nouvelle arche de son univers éclaté. Toutefois, nous n’explorons pas uniquement les Terres de Pollux et de Hélène. La carte de la rose des vents nous donne un aperçu des autres arches, de leur esprit de famille respectif et de leur pouvoir. Certaines spécificités de ces bouts de terre en lévitation sont présentés grâce à la cosmopolite Babel où les personnes de tout horizon peuvent y devenir citoyen à condition de respecter les lois des Lords de LUX et être utile à la cité. Cet archipel rappelle l’Inde par la chaleur, les bâtiments blancs, le mélange français – anglais dans les dialogues mais aussi le système de castes. L’habit est la marque de la strate sociale à laquelle on appartient. Ainsi, les sans-pouvoirs sont habillés de blanc par exemple. Ophélie n’y découvre pas seulement les règles et les codes vestimentaires non genrés. Les automates de l’arche-trotteur Lazarus y pullulent et des trains emportés par des oiseaux géants permettent de passer d’une arche mineure à une autre.

En emmenant l’animiste dans une nouvelle ville, l’autrice met en scène de nouveaux personnages tout aussi intéressants, étranges et profonds. Ils permettent d’introduire des questionnements sociétaux. A travers Ambroise, elle interroge la place de l’handicap dans une société où toute personne doit servir l’Etat. En gros, y avoir une utilité. C’est pourquoi les sans-pouvoirs peuvent briller à Babel par leur invention comme Lazarus l’a réalisé contrairement au Pôle où ceux-ci étaient exclus de la Citacielle et du monde d’en haut.

D’autres sujets sont abordés comme la compétition dans les écoles et les brimades qu’elle peut engendrer, la quête d’identité ou l’éjection de l’humain par les robots. La censure est vraiment au cœur de ce tome en la présence de LUX qui œuvre pour un monde de paix, le journal officiel et la Bonne Famille. Par leurs actes, la manipulation et leurs dissimulations, la romancière pose la question essentielle : jusqu’où est-on prêt à aller pour instaurer la paix et créer une société idéale ? Enfin, elle véhicule l’apprentissage par l’erreur. Les échecs nous permettent de grandir si on les prend en compte pour évoluer.

La seule véritable erreur est celle qu’on ne corrige pas

En bref, La mémoire de Babel présente une nouvelle partie du monde imaginé par Christelle Dabos en nous rapprochant de la vérité sur les esprits de famille, Dieu et l’Autre. L’intrigue repose sur le revers de la médaille d’une société idéale et parfaite en apparence où la censure et la manipulation politique règnent en prônant la paix collective au détriment de la liberté individuelle. Un tome tout aussi palpitant et captivant que les précédents.

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s