La Citadelle Interdite (Chroniques Célestes,#1) de Léona Everhard

  • Titre : La Citadelle Interdite (Chroniques Célestes,#1)
  • Autrice : Léona Everhard
  • Éditeur : Auto-édition
  • Catégories : jeunesse, fantasy

Lorsque Léona Everhard m’a proposé le premier tome de sa série de novella en service presse via la plateforme SimPlement.pro, j’ai tout de suite été intéressée par l’un des sujets traités dans cet opus : la question de la tolérance de la société vis-à-vis des personnes en condition de handicap. Je la remercie chaleureusement de me l’avoir confié en échange d’une chronique honnête.

Les Chroniques Célestes nous entraine à Valesphyr, un archipel flottant dans les airs, qui est le centre d’une civilisation divisée en deux classes sociales. Les Privilégiés résident autour du roi et gèrent la cité d’une main ferme grâce notamment à la Marine Céleste. Les Rebuts vivent dans les bas fonds du royaume et ne peuvent exercer que des tâches qui profitent aux premiers. Ils mènent une vie de servitude comme durant les temps médiévaux. Pourtant, il existe un statut bien pire que celui-là. Il s’agit du Mâchefer. Ce mot désigne la scorie produite lors de la combustion de la houille utilisée dans la métallurgie.

Sylwen est un adolescent qui croit en son rêve d’intégrer la Marine Céleste pour parcourir les cieux malgré les tragiques épreuves qu’il a traversées dans son enfance et qui l’ont paralysé à vie. Grâce à la dextérité de son père adoptif, M. Bîshale, qui lui a construit un exosquelette en métal, il vit comme les autres. C’est ce qui lui confère le statut de Mâchefer. Si cette technologie permet des miracles, les hautes sphères le voient d’un mauvais œil et n’arrivent pas à écarter son handicap, symbolisé par sa prothèse, sans doute trop effrayées par son aspect humanoïde. En effet, le gouvernement est récalcitrant face à l’utilisation de la métallurgie et des automates au grand dam de M. Bîshale qui doit réparer encore et encore leurs navires fragiles alors qu’il pourrait les renforcer et augmenter leur durée de vie.

Dépité par son recalage pour inaptitude en dépit de ses bonnes notes à l’académie militaire, Sylwen se laisse entrainer par l’allégresse de son ami Trévor pour partir à l’aventure après avoir été témoin d’une étrange affaire. Alors qu’il passe le balai à la Société d’archéologie, il entend un échange entre sa patronne et un homme discret qui lui demande d’annuler le projet de fouille de Babylone en lui tendant de l’argent. Que cache donc de si important cette ruine ancestrale pour enclencher un tel manège ? Intrigués, les deux camarades s’élancent à bord d’un vieux rafiot pour rejoindre la citadelle interdite avec la Marine Céleste à leurs trousses et une invitée surprise dont la perspicacité leur sera d’un grand secours : Enolie.

L’univers oscillant entre fantasy et science-fiction développé par Léona Everhard reste basique mais les concepts liés à l’insertion des personnes handicapées et à l’inversion des tendances en matière d’évolution technologique et de son impact sur la société telle la robotisation du travail (ici rejetée par les Privilégiés alors que dans la réalité les entrepreneurs voient le profit avant l’humain), confère un aspect intéressant à l’histoire au point de créer des idées propres à son monde. Je pense notamment à la notion de transcendance positive qui signifie « le dépassement de soi passionnel dirigé vers l’Unité, le Bien, le Vrai et le Juste. » En gros, vivre pour la société selon les principes qu’elle édicte. Ainsi, c’est le côté humain de Sylwen qui est reconnu et non sa moitié robot. Cette loi lui permet d’être soi-disant intégré car en voulant entrer dans la Marine Céleste il prouve qu’il a l’esprit du bon citoyen. Enfin, les légendes racontées sur Valesphyr s’insèrent parfaitement au milieu dans lequel les personnages évoluent et siéent à merveille au déroulement du récit.

Outre le travail de construction de cette civilisation en profondeur par des lois, j’apprécie l’application de l’écrivaine à expliquer le mécanisme qui permet aux bateaux de flotter et de se déplacer dans les cieux grâce aux particules. C’est à ce genre de détail que l’on comprend le soin préliminaire accordé par son créateur à une histoire.

Les interactions entre les personnages de la Citadelle Interdite ont particulièrement retenu mon attention. L’unité du trio formé par Sylwen, Trévor et Enolie constitue le ciment du roman. Si le premier est censé être le héros central de l’histoire, les deux autres ne restent pas dans son ombre. Sylwen manque de confiance en lui face au rejet injuste qu’il subit. C’est son ami Trévor qui sert de moteur à l’intrigue dans un premier temps grâce à sa gentillesse, sa sensibilité qui booste naturellement le moral, ainsi que sa curiosité. Lorsque l’insupportable Enolie qui vit dans le même foyer que Trévor, se joint à l’aventure, les échanges promettent d’être tumultueux. Pourtant, elle est vite appréciée et intégrée au duo malgré son côté, de prime abord, suffisant et hautain. Très vite, ils comprennent que cette apparence cache une détermination et une intelligence qui sont juste considérées comme déplacées par la société dans la bouche d’une fille appartenant aux Rebuts. En fait, elle soulève trop de questions et de constats pertinents pour son statut.

La plume de Léona Everhard est agréable à lire et elle s’accorde bien au genre jeunesse. Elle utilise par moment le jargon spécifique à la navigation ainsi que de belles descriptions et métaphores. Sa formulation est fluide et entrainante tout comme sa manière de distiller le suspens et d’éveiller l’intérêt. Ainsi, si l’univers donne un sentiment de déjà-vu, ce point est compensé par une écriture attractive qui empêche de lâcher le livre. La version que j’ai reçue comportait des coquilles. Mais l’autrice a réagit avec rapidité à mes remarques. Ceux qui sont allergiques aux fautes peuvent donc plonger dans le livre sans crainte.

Si l’intrigue est bien ficelée et comporte des rebondissements intéressants et inattendus, le tout m’a donné un goût de trop peu. En effet, j’ai trouvé que l’exploration de Babylone était bien trop courte alors qu’elle est le titre du volume. C’est sans doute dû au format de la novella et j’espère en apprendre plus dans les prochains tomes.

En bref, La Citadelle Interdite est un bonne histoire jeunesse abordant des concepts liés à une situation de handicap et à la différence. Il donne vie à des personnages touchants qui se dépassent pour accomplir leurs rêves. Il semble juste un peu trop court.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s